haïkus

Le ventilateur tourne à nouveau
L’été s’installe
Peu à peu

.

Mon ombre se couche
Dans l’ombre de l’arbre
Dans l’ombre des nuages

.

Un tricycle
Là sous la pluie
Journée de repos

.

L’ondée
Les outils de jardin
Prennent un bain de pluie

.

L’ombre du poirier avance
Le soleil descend
L’après-midi s’égare

.

L’adieu des retrouvailles
Tout explose
Silencieusement

.

La vierge
Tout en haut des escaliers
Comme dans les prières de l’enfance

.

Trois livres
Comme trois croix
Comme les portes de la joie

.

Les pousses se dressent rondes
Bientôt les cerises tomberont
Sous leur poids

.

Tricycle abandonné
Derrière la remise
Les enfants ont grandi

.

Une plume d’oiseau
Danse dans le jardin
La carcasse gît plus loin

.

Couché dans les feuilles
Du rouge, du jaune, du bleu
Tout le ciel dans les yeux

.

Les mains jointes
Dans la terre
Première plantation

.

Siamois
Derrière le rideau
Ombre chinoise

.

Silencieusement
La danse des flocons
Un mardi matin

.

Percée de soleil
Dans les nuages et les arbres
Le temps d’une pause

.

Dans le bruit
Des corridors d’une école
Écouter la mer dans un gros coquillage

.

Les oiseaux dansent
Dans le cerisier
Rouge et vert

.

Un livre
Comme un vitrail
Transpercé de lumière

.

À la campagne
La tête dans les nuages
Je rêve à toi

.

Sur mon pupitre
Poussière uniforme
Plus épaisse chaque jour

.

Un oiseau sur la clôture
Un autre dans l’arbre
Tous deux, nimbés de brouillard

.

Nuages dans le ciel
Grisaille sur la terre
Novembre

.

La neige dehors
Et dans ma tête
La tempête partout